Le crowdfunding ou financement participatif, de quoi parle-t-on ?

CrowdfundingLe crowdfunding, aussi appelé financement participatif, est une solution de financement alternative qui s’affranchit des procédés traditionnels. Il permet de récolter des fonds en passant par des plateformes dédiées. Une formule qui s’est beaucoup développée aux débuts des années 2000. 

Crowdfunding : en quoi cela consiste-t-il ?

Le crowdfunding ou financement participatif vise à récolter des fonds auprès des internautes pour financer des projets de nature très diverse. Plusieurs acteurs peuvent y avoir recours : entreprises, collectivités, particuliers, associations…  Depuis le début des années 2000, de nombreux projets voient le jour grâce à ces plateformes, qui se multiplient et dont l’encadrement ne cesse de se préciser. 

Cette solution est tout particulièrement plébiscitée par les créateurs d’entreprises, ainsi que les PME, qui cherchent à mobiliser des fonds sans passer par les circuits classiques, notamment par le prêt bancaire.

Pourquoi opter pour une plateforme de crowdfunding ? 

  • Récolter des fonds
  • Compléter son financement
  • Tester son projet auprès des internautes

Opter pour le crowdfunding a plusieurs avantages. La méthode permet de récolter des fonds pour financer un projet ou pour compléter les fonds obtenus via des schémas plus traditionnels.

Mais c’est aussi un moyen de tester son projet auprès d’un public très large. Le financement participatif est une manière de prendre la température. Il fait émerger une communauté de soutien autour d’un projet ; communauté de futurs clients potentiels, déjà fortement engagés. 

Quels sont les domaines concernés ?

Les projets financés grâce au crowdfunding sont divers et variés. On en trouve aussi bien dans les domaines du numérique, du social, de la culture, de l’innovation que de l’environnement. En 2017, on assiste par exemple à la création d’un label « le financement participatif pour la croissance verte », dont l’objectif est de soutenir les projets liés à la transition énergétique et écologique. 

Il existe des plateformes de financement participatif généralistes, mais on trouve également des sites plus spécialisés qui s’attachent à un domaine en particulier.

Le fonctionnement du crowdfunding

Le financement participatif peut prendre plusieurs formes. Il peut s’agir d’un :

  • don : avec ou sans contreparties
  • prêt : les fonds sont prêtés, gratuitement ou contre rémunération
  • investissement : une participation au capital de la société. Le financeur est rémunéré sous forme de dividendes, d’intérêts ou de royalties.

Le don

Ici, la personne ne reçoit pas d’argent en contrepartie de son soutien. Là encore, il peut y avoir plusieurs déclinaisons de ce modèle.

  • Le don sans aucune contrepartie : l’internaute verse de l’argent à l’entreprise sans rien attendre en retour.
  • Le don avec contrepartie non financière : le participant peut recevoir, à titre symbolique, des petits cadeaux, comme un tee-shirt, un stylo…
  • Le don contre le produit ou le service pour lequel la campagne est lancée : ici le donateur recevra à titre gracieux le produit ou le service qu’il a décidé de soutenir.

Le prêt

On distingue trois types de crédits dans le financement participatif :

  • Le prêt gratuit : l’argent doit être remboursé mais il n’y a pas d’intérêts à payer.
  • Le prêt avec intérêts
  • Le prêt en minibons :  des titres de dettes conçus pour le crowdfunding

Le prêt accordé dans le cadre d’une campagne participative a une durée maximale de 7 ans. En cas de rémunération, le taux moyen tourne autour de 8% et le montant est plafonné à 2 000€. S’il s’agit d’un crédit gratuit, la somme empruntée peut grimper jusqu’à 5 000€.

>> A découvrir : notre comparateur de crédit à la consommation dédié aux particuliers

L’investissement

Dans le cas d’un investissement, la personne souscrit à des titres de capital ou de créance. En contrepartie, elle est susceptible de profiter des bénéfices du projet. L’investissement peut se faire :

  • en capital : la rémunération prend la forme de dividendes ou de plus-values en cas de cession des titres.
  • en obligations : le participant est rémunéré par des intérêts.
  • contre royalties : le participant touche une commission sur le chiffre d’affaires de l’entreprise.
Rédigé par Noemie Verbaere
Le 18/05/2022

On vous donne la parole, participez au Forum Capitaine Crédit !